Cartographie de l’Ukraine contemporaine

MAPPING UKRAINE 2020

MAJ 28/04 (Usage pédagogique/wiki/non commercial libre si citation – Pour tout autre utilisation me contacter)

Topographie – Kiev – Peuplement – Agriculture – Industrie – Démographie – Richesse
Plus de 30 cartes originales pour comprendre l’Ukraine des années 2020

Continuer la lecture de Cartographie de l’Ukraine contemporaine

Cartographie de l’Ukraine – Géographie d’une invasion

La géographie peut servir à faire la guerre… et inversement.
(dossier en cours) MAJ 21/04

Galerie cartes MAJ 22/04 (plus d’une trentaine de cartes originales pour comprendre l’Ukraine des années 2020)
maj 11/5 : Géographie électorale (en cours)

ENGLISH HERE

En constatant que les cartes disponibles en ligne sur l’Ukraine sont, très souvent, périmées, la plupart datant d’avant 2014, et la page “Géographie de l’Ukraine” de wikipédia, en français comme en anglais étant vraiment rachitique, j’avais préparé quelques cartes de l’Ukraine avant le début de l’invasion russe. En poursuivant cette démarche, l’analyse par l’angle de la géographie de ce conflit permet de mieux en comprendre le déroulement et certains enjeux. L’Ukraine des années 2020 n’est pas celle des années 2000. Et identité linguistique ne signifie pas identité nationale. Connaître les territoires sur lesquels tombent les bombes est, au moins, aussi important que faire de jolis dessins de tanks.

C’est aussi considérer que les cartes ne sont pas “plates”. Il ne suffit pas de dessiner des flêches à droite et à gauche pour anticiper les mouvements de troupes. Les plaines de l’Europe orientale sont très plates (pléonasme) certes, mais l’hydrographie y joue un rôle déterminant. Surtout au printemps. On ne traverse pas rivières, les marais, les lônes ou les brotteaux d’un coup de trait. C’est justement pour cela que la quasi-totalité des transports de troupe russes sont amphibies (BMP, BRDM, BTR, MLT, BMD…). Mais depuis le début de l’invasion, l’armée russe ne sort pas des routes principales, avec une préférence pour les autoroutes. Pour anticiper ses mouvements, il faut ouvrir les cartes topographiques, compter les ponts, les kilomètres qui les séparent, la largeur des lits des rivières et considérer les zones humides difficilement franchissables. Ainsi les inondations causées par la destruction d’une partie du barrage d’Oskil à l’est d’Izioum, limitent les déplacements vers l’approche nord de Sloviansk et celle nord-ouest de Sievierodonetsk. Il faut faire l’effort d’étudier la géographie du site de la ville de Dniepro pour comprendre que les Russes ne sont pas près de prendre la ville.

Les cartes présentées ici sont élaborées à partir des données de l’Agence ukrainienne nationale des statistiques. Certains chiffres récents pour l’année 2021, que j’avais récupérés fin janvier, ne sont plus disponibles en ligne depuis l’invasion. Il reste les annuaires statistiques pour 2019 et 2020 avec lesquels on peut dresser un tableau assez complet du pays par région (Oblast). J’espère pouvoir descendre d’un échelon administratif au niveau des raïons (districts) et hromadas (plus ou moins équivalent aux communautés de communes).

Divisions administratives de l’Ukraine après la réforme de 2020

Pour la plupart des cartes, j’utilise une discrétisation par seuils naturels de Jenks. Elle permet de faire mieux apparaître les différences régionales. Une partie des cartes est disponible également, avec des commentaires, et des compléments, sur cliocarto.
Je regroupe pour l’instant le tout sur cette page, mais diviserait ultérieurement en pages thématiques.

L’Ukraine a vu passer, et s’affronter, des armées et des empires pour son contrôle (oui, considération très générale, mais parfois cela fonctionne). Elle en garde de très fortes identités régionales. Guerre civile entre rouges et blancs, “sur-guerre civile” entre Armée rouge bolchévique et l’Armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne de l’anarchiste Nestor Makhno (1888-1934). Ce dernier est originaire de Houliaïpole, dans le sud de l’est du Dniepr, partie méridionale de la Zaporoguie. Terre assumée, encore aujourd’hui, des cosaques zaporogues, auto-organisés et rétifs aux soumissions, ses habitants, russophones ou non, défient déjà les occupants russes.

Le fleuve Dniepr, qui traverse le pays du nord au sud n’a jamais constitué une “frontière naturelle” (s’il en est…) : les divisions géohistoriques s’organisent plus selon un axe nord-est / sud-est ou nord-sud. (voir les travaux du jeune géographe Oleksiy Gnatiuk, en particulier sur les strates historiques et la toponymie). Sur le plan militaire en revanche, la traversée du Dniepr a souvent été un élément incontournable pour qui veut contrôler le pays et sa capitale Kiev (Kyiv). Les troupes de Vladimir Poutine, comme la Wehrmacht à l’aller en 1941 et l’Armée rouge au retour en 1943, sont forcées à une course au Dniepr et à ses rares ponts, seuls points franchissables du fleuve. Idem pour la Desna à Chernihiv et le Boug méridional à Mykolayiv. Incapables de mener des opérations aéroportés réussies, cette “campagne de Russie à l’envers” révèle crument les faiblesses de l’armée de russe, en tous cas des unités engagées sur le terrain. Elle rappelle aussi l’importance de la topographie et des choix d’implantation humaine.

On le voit dans les axes de progression des troupes russes au niveau national, mais aussi très localement, pour la prise de Kiev. Une ville médiévale, que les russes ont choisi, pour aller plus vite, d’attaquer par les flancs nord-ouest et est, c’est à dire les mieux défendus par la topographie. A l’ouest, la vallée de l’Irpin constitue une ligne de talus à franchir, puis des zones forestières peu adaptées à la progression des blindés vers le centre-ville. A l’est, les hauteurs dominent la plaine orientale et le seul point de passage du Dniepr, si les ponts ne sont pas coupés. le nord est lui verrouillé par la zone de confluence de l’Irpin et du Dniepr. Loin d’être encerclée, la ville est surtout remarquablement bien protégée par son site :

Le site de la ville de Kiev et les manœuvres d’attaque russes, 20 jours après le début de l’offensive. La carte combinée, un peu moins lisible:

Les territoires que tente d’occuper la Russie, représentent l’Ukraine utile “classique”, telle qu’elle était pendant la période soviétique. Ce sont les zones les plus productives sur le plan agricole, avec le fameux Tchernoziom, et les régions du Donbass que contrôlent les séparatistes depuis 2014. Mais ce centre industriel et d’extraction du charbon (Stakanov était un mineur du Donbass), est aujourd’hui un outil vétuste et largement dépassé.

Les régions du Donbass restent les plus peuplées et les plus denses

Les densités de population par district sous forme de nuage de points:

Réseau de villes moyennes à l’ouest, Kiev (Kyiv) et l’est urbanisé et industriel :

Le sud et sud-est, cœur agricole de l’Ukraine :

L’industrie reste très importante dans l’est, mais les industries les plus dynamiques et à plus haute valeur ajoutée sont dans le centre, dans l’oblast de Dniepropetrovsk et dans la banlieue de Kiev.

L’Ukraine est à la fois une zone de transit pour les exportations de gaz et de pétrole russes vers l’Europe. C’est une source de revenue importante pour l’Ukraine qui prélève un droit de passage, mais que la Russie cherche à réduire avec les gazoducs North et South stream. L’Ukraine est aussi productrice d’énergie avec le bassin du Donetsk (Donetskyy Baseyn, le Donbas, ou Donbass en russe), qui continue à être exploité pour l’énergie et la sidérurgie. L’est du Dniepr est aussi une région gazière qui alimente la consommation nationale. La production électrique bénéficie des centrales nucléaires héritées de l’époque soviétique et des barrages sur les grands fleuves Dniepr, Boug et Dniestr. La consommation de bois de chauffage montre la division climatique entre les forêts du nord-ouest, celles des Carpates ukrainienne et les steppes du sud-est.

Les dynamiques démographiques depuis 2010 tendent à renforcer la région capitale et les régions de l’ouest, au contact de l’UE, qui perdent moins d’habitants que le centre et l’est :

Si on s’intéresse au poids démographique de chaque oblast, ceux de l’est restent les plus importants.

Mais depuis 2010, les oblasts de l’ouest gagne en importance (mis a part le cas spécial de la Crimée) au détriment de ceux de l’est et du nord-est. Un transfert démographique qui se prolongera certainement après la guerre, quelque soit son issue.

C’est le résultat à la fois des dynamiques migratoires, si on considère les chiffres de l’année 2020 :

et en partie des croîts naturels, tous négatifs (même à Kiev), mais moins à l’ouest et qu’au nord-est :

Démographie 地図で見る日本の人口

Quelques cartes sur les dynamiques démographiques récentes, par commune ou par départements. On retrouve la division nord-est / sud-ouest qui transcendent celle classique villes/campagnes.

Continuer la lecture de Démographie 地図で見る日本の人口