Mission de terrain dans le Tôhoku 1/2

En mission de terrain du 8 au 16 Août, dans le Nord-est du Japon. Fukushima, les abords de la centrale F1 et la zone évacuée, le retour des habitants sur le plateau d’Abukuma.

Miyagi et Iwate, le long des côtes du Sanriku, la reconstruction des villes détruites par le tsunami du 11 mars et les ouvrages de protection. Aomori et l’agriculture spécialisée sur la pomme. Akita et le lagon de Hachirôgata, transformé en polder.

(en cours de rédaction/correction)

11 août : Fukushima, des plateaux d’Abukuma aux abords de la centrale

Stockage des terres issues de la décontamination © Scoccimarro 2020

Notre premier parcours nous mène à Iitate, un des villages les plus contaminé par les nuages radioactifs venus de la centrale F1. C’est aussi un lieu d’expérimentation généralisé de ce que peut être une agriculture en milieux radioactif. Sur le papier cela fonctionne, on arrive effectivement à réduire le taux de becquerel final au niveau du grain de riz ou du litre de lait. De là à restaurer la production agricole telle qu’elle était avant la catastrophe du 11 mars, le chemin est long. De facto, la production, comme le revenu, agricole dans les zones rouvertes après décontamination est quasi nulle. S’attacher à la seule mesure de la radioactivité dans la chaîne de production alimentaire ne suffit pas : il faut intégrer le facteur humain et comprendre ce que cela signifie de vivre aujourd’hui dans ces territoires d’un point de vue économique et social.

Habitation réhabilitée (Iitate), les parties forestières sont raclées pour faire diminuer la radioactivité ambiante autour des bâtiments © Scoccimarro 2020

D’autant que la radioactivité est toujours là ; bien présente sur le territoire et à des taux qui font frémir. Évidement on ne la sent pas ! comme certaines personnes (on ne fera pas leur mauvaise publicité ici) voudraient nous le faire croire, et c’est d’ailleurs bien dommage car cela simplifierait les choses. Non, il faut un compteur et cela nous permet de comprendre que la contamination radioactive est dynamique dans l’espace, les fameuses “taches de léopard”, mais aussi dans le temps. Une halte à un feu rouge, sur une petite route de la commune de Iitate, et le compteur (Gamma-scout de qualité industrielle) sonne et s’emballe à …484 µSv/heure et peut être plus, mais nous avions bêtement réglé la moyenne sur 10 minutes au lieu des 10 secondes habituelles. Notons à titre de comparaison que ce modèle, destiné aux travailleurs du nucléaire, est prévu pour sonner l’alarme à 5 µSv/heure. Mais cette fois ce n’est l’affaire que de quelques dizaines de secondes, le taux redescend au-dessous de 1 µSv/heure rapidement et finalement nous n’avons qu’une moyenne de 11 µSv/heure sur 10 minutes.

Relevé de dose pour la journée du 11 août 2020

Pas létal, mais quand même important pour une zone censée être décontaminée… Cela signifie que le stock de radionucléides est bien présent dans les forêts et qu’il déborde. Or les habitations de ces régions, comme souvent dans cette partie du Japon sont situées en lisière de forêt, dont les ressources en bois, plantes comestibles, etc. sont intégrées à l’exploitation des finages.

Nous traversons Iitate en direction de Minami-Soma pour atteindre la côte. Nous y avons guidé notre collègue Teva Meyer en novembre 2019 et il en a fait ici un compte rendu complet.

La plupart des champs sont à l’abandon, en cours de réhabilitation et de décontamination. Ou plantés de tournesols, qui concentrent les césiums et participent à les réduire. Reste cependant à les collecter et les stocker : on ne transmute pas les césium et la somme de radionucléides déposés sur le territoire à la suite de l’accident est toujours là, dans les forets, dans les sacs de terres contaminées, moins celle qui est partie à la mer par le ruissellement.

Plateaux d’Abukuma © Scoccimarro 2020.

Les abords de la centrale

Approcher la centrale Fukushima n°1 est une chose aisée et elle est même recommandée par les autorités locales, en particulier le département. On peut se faire peur à peu de frais : il suffit de suivre la route. C’est encore plus facile au nord de la centrale dans les ville de Minami-Sôma et de Namie, une ville en grande partie rouverte.

Périmètres d’évacuation, réouverture et contamination aux abords de la centrale Fukushima n°1

Dans les zones côtières dévastées par le tsunami, l’activité agricole a repris après dessalage et réhabilitation des rizières. Mais de nombreux agriculteurs ont renoncé à exploiter leur terres et celles-ci ont été convertie en fermes solaires. Cela se fait soit par la création de petites structures coopératives, soit par le rachat des terres par les municipalités et l’octroi de concessions sur 20 ans.

Ferme solaire à Minami-Sôma © Scoccimarro 2020

L’électricité produite est injecté dans le réseau de la compagnie d’électricité du Tôhoku, qui achète les watts avec un prix subventionné par l’État central. il n’y a pas de consommation directe de l’énergie produite.

Sur la côte, le mur de protection anti-tsunami est pratiquement achevé. il est doublé de rangées de pinèdes pour affermir les sols en amont du mur et former une zone tampon supplémentaire en cas de submersion du mur.

Le mur anti tsunami à Minami-Sôma © Scoccimarro 2020

Les abords de la centrale accidentée, même à moins de 1000 m s’effraient pas pour autant et la rage des pêcheurs y est la même qu’ailleurs, comme si de rien n’était. Ce n’est pas pour inquiéter les autorités locales, au contraire : c’est une preuve supplémentaire que le retour à la normale est pratiquement achevé. Les accès sont ouverts, les aménagements côtiers et la signalisation sur les dangers de la natation sont les mêmes qu’ailleurs. Les marqueurs de la radioactivité sont limités au strict minimum par quelques compteurs.

Pêche et baignade à proximité du chantier de Fukushima n°1 © Scoccimarro 2020

Pour autant, il faut le reconnaître : la radioactivité ambiante dans cette partie des abords nord de la centrale est quasi normale, à peine 0,5 µSv/heure. C’est certes dix fois ce qu’elle était avant l’accident (plutôt dans les 0,05 µSv/heure), mais cela ne constitue même pas une faible dose. Cependant, l’ouverture des plages et des terrains à proximité de la centrale ou la réouverture de zones qui comptent de vrais points chauds (on l’a encore constaté lors de cette mission) exposent mécaniquement les populations à des risques et l’invisibilisation de la pollution radioactive les rend plus vulnérables.


Rémi Scoccimarro

Géographe, Maître de Conférences en langue et civilisation japonaises à l’université Toulouse Jean Jaurès - Chercheur à l'UMIFRE-19 (Maison Franco- Japonaise de Tokyo)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search