Cartographie de la pandémie Covid-19 à l’échelle régionale

Retour portail covid-19

La situation à Tôkyô et dans sa région

Il a fallu un certain temps pour que les départements, puis les communes comportant des arrondissements, mettent à diposition “relativement facilement” leur chiffres de contamination. Cela fait apparaître l’épidémie de Covid-19 au Japon sous un jour quelque peu différent de la distribution nationale et surtout de la situation française

La logique reste la même qu’à l’échelle départementale : les quartiers et les habitants les plus exposés sont ceux qui sont le plus intégrés dans la globalisation. Inversement les quartiers vieillissant et populaire du nord ouest de la capitale sont moins touchés par la pandémie.

Quelques éléments de lecture pour cette carte, mais il faudra le recul nécessaire et plus de traitement des données pour étayer les hypothèses :

  • Un vrai cluster de contamination centré sur l’arrondissement de Minato, le plus huppé et le plus internationalisé de la capitale japonaise. Démographiquement peu dense (voir cartes ci-après), il connait le plus fort ratio de contamination depuis le début de la pandémie à Tokyo.
  • Les arrondissements populaires, même des plus denses, de l’est de Tokyo dans la ville basse (Edogawa, Koto, kita, Sumida Arakawa…) sont très peu touchés, tout comme les communes de la banlieue ouest. Il est possible que ce soit le fait d’un plus faible nombre de dépistages, auxquels ces populations ont moins accès, mais pas seulement, ce sont aussi des quartiers où les brassages avec les vecteurs japonais de la maladie (expatriés et voyageurs d’affaires revenant de Chine) sont les moins forts. Autre hypothèse : ces populations, qui se savent plus vulnérables économiquement et socialement (pas de mutuelle de santé) respectent plus les gestes-barrière et le confinement quand elles le peuvent ? (voire le “confinement” à Setagaya ci dessous)
  • Pas de circulation radioconcentrique à partir du cluster central (assez normal en fait)
  • Peu, voire pas, de liens avec le réseau ferré, les communes le long des principales lignes de banlieue vers l’ouest, NO et SO ne sont pas particulièrement touchées.
  • Situation légèrement différente à Yokohama, mais plus forte intensité dans les aires de résidences secondaires (Kamakura, Hakone…) sur la baie de Sagami.
keihin24avril.jpg

Maj 28 avril

CoronaTokyo13avril.jpg

 (Moyenne)

maj 15 avril

TokyoDensiteDot.png

maj 12 avril

EvolcasTokyo31 mars 9 avril.jpg

maj 11 avril

maj 10 avril

tokyo8avril.jpg

 (Moyenne)

maj 10 avril

TokyoEvol3au8avril.jpg

 (Moyenne)

maj 10 avril

Tokyo%8avril.jpg

 (Moyenne)
Tokyo3avril.jpg

 (Moyenne)

Zoom Hyôgo (Kôbe)

kobe.JPG

Le département de Hyôgo, avec la métropole de Kôbe, fournit des statistiques détaillées au niveau de la commune, et permet de mieux cerner les régions touchées, à savoir les communes qui s’étendent le long de l’axe mégapolitain Tokyo-Nagoya-Osaka.


Rémi Scoccimarro

Géographe, Maître de Conférences en langue et civilisation japonaises à l’université Toulouse Jean Jaurès - Chercheur à l'UMIFRE-19 (Maison Franco- Japonaise de Tokyo)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search