Publication : Japon pluriel 14

Scoccimarro Rémi, «Des périphéries aux centres et inversement : identifier et caractériser les marges territoriales au Japon » in Henninger Aline et Shimosakai Mayumi (dir.), Japon pluriel 14, Périphéries et centres, Arles, Picquier, pp. 123-140

(…)

Les territoires périphériques du Japon, que l’on peut qualifier de marges, partagent des caractéristiques communes avec leur équivalents européens : dépeuplement, pauvreté, dépendance au centre et ensauvagement. Elles recouvrent cependant des réalités différentes et des modalités qui varient en fonction de leur position dans l’archipel ou de leurs natures propres. On peut ainsi distinguer :

– les « marges-marches » du Hokkaidô et des Ryûkyû, situées sur des points de contact historiques avec le monde extérieur, elles constituent les zones d’expansion maximale du Japon après la fin de la colonisation. Éloignées du centre national, en déclin démographique ou économique, elles peuvent bénéficier de leur proximité avec d’autres espaces dans le cadre d’aires de développement transnationaux. On peut y intégrer également le nord du Kyushu, loin de Tôkyô, mais proche de la Corée et qui peut être une interface.

– les « marges angle-morts de type continental-rizicole » des régions de la façade de la mer du Japon et d’une partie de la façade pacifique. En dépeuplement accéléré, elles sont à l’écart de la croissance japonaise, qui se concentre plus que jamais sur la mégapole. Celles qui sont à portée des transports routiers peuvent bénéficier de la manne touristique en provenance des zones urbaines de l’axe Tôkyô-Fukuoka. Pour les plus enclavées, l’avenir est très incertain et la question qui se pose aux aménageurs est de savoir comment gérer la disparition progressive de l’occupation humaine de ces territoires.

– les « marges insulaires et sur-insulaires », partagent les caractéristiques des marges continentales, mais avec des modalités différentes, leur population, essentiellement des pêcheurs, résiste ainsi mieux que leur équivalent sur le continent. La pression sauvage est moins forte, les modes de vie plus individualistes et l’isolement ou l’autogestion ont longtemps été de mise. À situation démographique équivalente, les taux de suicide y sont ainsi beaucoup plus faibles que dans les campagnes rizicoles.

– les « marges intra-métropolitaines » des quartiers d’inner-city, au cœur des mégapoles. Elles sont confrontées aux mêmes problèmes de déclin et de délitement que les marges rurales, mais leur enjeu est surtout celui de leur reconversion. Elles sont aussi les bénéficiaires des migrants étrangers, qui s’installent dans ces quartiers, vétustes mais bon marché et à proximité des centres et des emplois. Originaire du Viêtnam, des régions pauvres de la Chine ou du sous-continent indien, ces nouvelles populations revivifient les quartiers intra-urbains qu’ils occupent et participent à leur reclassement en « quartier ethnique » et à leur redémarrage économique[1].

Enfin, les marges japonaises, à la différence de celles de l’Europe de l’Ouest ou des Etats-Unis, sont intégrées politiquement. Elles n’entretiennent pas de rapports de défiance vis-à-vis du centre ou de l’État. On a pu le vérifier lors de la crise du covid19 : les espaces périphériques de l’archipel, à l’échelle nationale comme locale, ont été les plus aptes à suivre les parcours de vaccination, avec les taux de doubles vaccination (donc en 2021) par département les plus forts de l’archipel.




Citer ce billet
Rémi Scoccimarro (2024, 16 mars). Publication : Japon pluriel 14. Japgéo. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w141

Rémi Scoccimarro

Géographe, Maître de Conférences en langue et civilisation japonaises à l’université Toulouse Jean Jaurès - Chercheur à l'IFRAE (UMR 8043) - Chercheur associé à l'UMIFRE-19 (Maison Franco- Japonaise de Tokyo)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search