Séisme et tsunami de Noto du 1er janvier 2024

Une exposition plus faible aux tsunamis, mais des séismes récurrents et des protections littorales limitées.

Les côtes de la mer du Japon sont moins exposées aux tsunamis que celles du Tōhoku (11 mars 2011), la fréquence des séismes y est plus faible et leur intensité est moins forte. Cependant, nous sommes toujours au Japon, et la région du Hokuriku a connu des séismes destructeurs dont ceux de 2004 (Niigata-Chūetsu, 31 morts) et de 2007 (Niigata-Chūetsu-oki, 15 morts). Ce dernier avait été, avant le 11 mars 2011, à l’origine d’un incident nucléaire d’origine tellurique, dans la centrale de Kashiwazaki-Kariwa (Niigata) : incendies, fûts de déchets radioactifs renversés, débordements de piscines et libération dans l’atmosphère de substances radioactives. Les consequences radiologiques avaient été relativement limitées (sur les conséquences économiques et le “Riken shock” : Scoccimarro et Taguchi (2015), « L’emprise nucléaire ou les conséquences non-physiologiques de la catastrophe de Fukushima », Les Cahiers d’Histoire Immédiate, Revue du Framespa, UMR 5136, pp.165-185), mais les incidents (tous classés 0 sur l’échelle INES) avaient, déja, révélé un certain nombre de légèretés de la part de l’exploitant, TEPCO : impréparation matérielle, retards dans la réaction et la déclaration, et signalement erroné des émissions radioactives.

Les deux centrales les plus proches de l’épicentre du 1er janvier, Shika et Kashiwazaki-kariwa, étaient à l’arrêt et l’agence de sureté japonaise n’a pas relevé d’annomalies, ni pour les centrales plus éloignées de la baie de Wakasa.

Cartographie en cours

La topographie du littoral du département d’Ishikawa ne le rend pas particulièrement vulnérable (pas de côtes à rias), mais les zones côtières de la péninsule de Noto et plus largement de la région du Hokuriku sont faiblement protégées des tsunamis.

Pointe nord de la péninsule de Noto (Dpt Ishikawa). Carte topographique (2020). Source : maps.gsi.go.jp

À comparer avec celles du Sanriku avant le séisme de 2011, elles comptent ainsi peu d’ouvrages de protection face aux vagues de submertion. Le port de Wajima, au nord, exposé à la mer du Japon, fait partie du réseau des ports-refuges pour les navires et en 2019, un nouveau brise-lames était en projet.

Centre urbain de Wajima. Carte topographique au 25 000e (2020). Source : maps.gsi.go.jp
Port de Wajima (péninsule de Noto, Dpt. d’Ishikawa) © Scoccimarro 2019.

Destiné à protéger les navires en cas de tempête ou de typhon, il n’a pas vocation à stopper un tsunami.

Port de Wajima (péninsule de Noto, Dpt. d’Ishikawa) © Scoccimarro 2019.

Ceux-ci sont de toute façon peu puissants dans cette partie de l’archipel, les hauteurs d’inondation atteignent rarement plus de 5 mètres. Il faut cependant bien préciser les choses. Ce que l’agence japonaise météorologique nomme “vague de tsunami” n’est pas simplement une serie de vagues qui déferlent à quelques mètres et se retirent. Ce sont des vagues certes, mais dont la longueur d’onde se compte en centaines de kilomètres et non en mètres comme les vagues habituelles. Il faut donc considérer un risque d’inondation d’un à plusieurs mètres d’une partie du littoral, ce qui cause autrement plus de dégâts. Et rappeler que pour les autorités japonaises, un tsunami d’une hauteur de 30 cm est déjà létal pour qui s’y ferait prendre.

Port de Wajima (péninsule de Noto, Dpt. d’Ishikawa), vue sur la mer depuis les ruelles du marché © Scoccimarro 2019.

Or, lors de notre terrain dans la région en 2019, nous avions pu constater combien les protections anti-tsunami étaient légères sur toute la péninsule de Noto. Peu de communes avaient entrepris des travaux de mise à niveau et des quartiers portuaires comme celui de la ville de Wajima, étaient potentiellement vulnérables aux tsunamis.

Hameau de Nakai, Anamizu (péninsule de Noto, Dpt. d’Ishikawa) © Scoccimarro 2019.

Les hauteurs d’inondation prévues à 18h (locale) étaient de 5 mètres pour la péninsule de Noto. Elle n’a été finalement que de 1,20m dans le port (source NHK). À titre de comparaison, la hauteur d’inondation maximale lors du tsunami de 2011 a été de 16 m.

Hameau de Ozawa, Wajima (péninsule de Noto, Dpt. d’Ishikawa), typique de la région avec ses protections faces aux vents, mais avec un digue “standard” de 6 à 8 m © Scoccimarro 2019

Au regard des photos aériennes pour l’instant disponible, le tsunami du 1er janvier a été relativement limité, il n’a pénétré dans les terres que sur quelques centaines de mètres et probablement avec des hauteurs inférieures à 2~3 mètres. Mais comme de nombreux bourgs et villages de pêcheurs étaient construits directement sur le littoral, avec des digues très basses, et parfois inexistantes, les dégâts sont relativement importants.

Cette absence d’ouvrages de protection dans une région moins frappée par les tsunamis, fait aussi le charme de la péninsule de Noto, avec de nombreux paysages côtiers conservant leur aspect naturel et plutôt accueillant. Les habitants rencontrés considéraient d’ailleurs que n’étant pas dans une région propice aux tsunamis, en particulier dans la partie est de la péninsule, ils ne se sentaient pas spécialement en danger dans leur habitation quasiment les pieds dans l’eau.

Hameau de Koiji, Noto (péninsule de Noto, Dpt. d’Ishikawa) © Scoccimarro 2019

Les causes de la mortalité sont pour l’instant essentiellement liées au séisme, et les appels à évacuer semblent avoir été bien suivis localement. Si cela est confirmé par le bilan final de la catastrophe, ce serait plutôt une bonne nouvelle pour la préservation des littoraux japonais : moins de béton, et plus de prévention.

Port d’Ogi, Noto (Péninsule de Noto, Dpt. d’Ishikawa) et Alpes japonaises (dpt. de Toyama) © Scoccimarro 2019

Sur les relations paysages/amenagement au Japon :

« Tsunami de béton : de l’empreinte à l’emprise sur les paysages littoraux après les catastrophes du 11 mars 2011 », Projets de paysage, n°23, 2020 https://doi.org/10.4000/paysage.13586
Rémi Scoccimarro (2023), “La redestruction post-tsunami” in Gras Pierre, Lussault Michel et Mirzo Vincent (dir.,2023), Imaginer l’après, Deux-cent-cinq, Cité anthropocène, Lyon, pp. 46-64

Sur la catastrophe du 11 mars 2011 :

« 2011-2021 : crises, ruptures et nouvelles dynamiques. Dix ans après la triple catastrophe du 11 mars », direction du Dossier du n° 58 de la revue EBISU (IFRJ-MFJ, Umifre19, Tôkyô) https://doi.org/10.4000/ebisu.5569
« Trois désastres et une catastrophe, les sciences sociales face aux crises du 11 mars 2011 », (Introduction au dossier) dirigé par Anne GONON et Rémi SCOCCIMARRO, Ebisu n°58, pp. 7-19 https://doi.org/10.4000/ebisu.5582
Scoccimarro Rémi et Taguchi Tarô (2015), « L’emprise nucléaire ou les conséquences non-physiologiques de la catastrophe de Fukushima », Les Cahiers d’Histoire Immédiate, Revue du Framespa (UMR 5136), p.165-185
Scoccimarro Rémi, « De la perception à la décision, géographie électorale du nucléaire au Japon», in Monteillet Vanessa , Teles Da Silva Dhiego et Thireau Véronique (dir., 2023), Presses Universitaires d’Aix-Marseille, pp. 31-42



Citer ce billet
Rémi Scoccimarro (2024, 3 janvier). Séisme et tsunami de Noto du 1er janvier 2024. Japgéo. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vewk

Rémi Scoccimarro

Géographe, Maître de Conférences en langue et civilisation japonaises à l’université Toulouse Jean Jaurès - Chercheur à l'IFRAE (UMR 8043) - Chercheur associé à l'UMIFRE-19 (Maison Franco- Japonaise de Tokyo)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search