Publication

Droit et contentieux du nucléaire, la perception et les représentations du risque

Vanessa Monteillet, Dhiego Teles Da Silva, Véronique Thireau (dir., 2023)
Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 126 p.

Scoccimarro Rémi, “De la perception à la décision, géographie électorale du nucléaire au Japon”, pp. 31-42

L’accident de la centrale de Fukushima n°1 a-t-il modifié fondamentalement la perception du nucléaire ? C’est vrai dans certains pays, beaucoup moins dans d’autres dont la France. Au Japon, cette question est plus complexe parce que le nucléaire, même civil, est imbriqué dans d’autres dimensions, en particulier la dimension historique. La catastrophe de Fukushima vient après Tchernobyl et Three mile Island, mais au Japon, après Hiroshima, Nagasaki et Bikini . De plus, le Japon avait de plus déjà connu des accidents nucléaires avant celui de 2011, dont certains particulièrement graves comme en 1999, un début de criticité dans une annexe de la centrale de Tôkai-mura, qui fit deux morts par irradiation et contamina tout un quartier. En 2007, des fuites radioactives sont détectées à Kashiwazaki-Kariwa (Niigata), la plus grande centrale nucléaire du monde, après un séisme. À cette histoire, s’ajoutent des effets d’échelle au niveau des perceptions de cette industrie, entre le national, le régional et l’ultra local des très petites communes où sont implantées les centrales.

Par ailleurs, à la différence de « l’autre » catastrophe du 11 mars 2011 – le tsunami -, l’accident nucléaire n’est pas un aléa naturel. Et même face à d’autres accidents industriels, il contient une forte charge politique, car il y a d’autres moyens de produire de l’électricité et les combustibles nucléaires peuvent servir à un usage militaire. Pourtant, au Japon, ces deux catastrophes résultent de choix d’aménagement communs permis par les ouvrages de protection littorale, pour installer sur les côtes, à moindre coûts, des industries et des zones urbaines. Enfin, Le nucléaire n’est pas seulement un outil de production électrique : il est une composante de l’aménagement du territoire. Peu consommateur d’espace et de nuisance, il constitue une manne financière pour les communes qui l’hébergent, prix de leur consentement au risque.

L’évolution de la perception du nucléaire au Japon après l’accident de 2011 est ainsi le produit de ces différents éléments. Pour en comprendre les articulations, la géographie électorale apporte un certain nombre d’éclairages, autant sur les considérations des populations vis-à-vis du devenir du nucléaire civil au Japon que sur les choix de réhabilitation des territoires contaminés de la région de Fukushima. La cartographie que nous proposons, complète, et nuance, les enquêtes d’opinions. Celles-ci sont déclaratives et n’entraînent pas mécaniquement des prises de décisions, à la différence des rapports de force électoraux, sur le plan national ou local. Si les gouvernements japonais, surtout depuis 2012, tentent de redémarrer les centrales, et même de revenir sur la promesse d’abandon à terme du nucléaire, c’est aussi parce que les Japonais ont voté en ce sens. (…)

https://presses-universitaires.univ-amu.fr/droit-contentieux-du-nucleaire



Citer ce billet
Rémi Scoccimarro (2023, 24 octobre). Publication. Japgéo. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjp3

Rémi Scoccimarro

Géographe, Maître de Conférences en langue et civilisation japonaises à l’université Toulouse Jean Jaurès - Chercheur à l'IFRAE (UMR 8043) - Chercheur associé à l'UMIFRE-19 (Maison Franco- Japonaise de Tokyo)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search