Publication

Revue Marketing Territorial – n°10 – Hiver 2023 – Les attractivités des espaces japonais

Synthèse :

Charles-Edouard Houllier-Guibert et Rémi Scoccimarro L’événementiel japonais mis en carte

Article :

Rémi Scoccimarro Le machizukuri : l’art de faire la ville japonaise ou de la vendre ?

Un point nécessaire cependant concernant une note confuse et mal informée dans une des synthèses sur les migrations internes proposées par le numéro .

Ce qu’on a appelé originellement le I turn, (I ターンen japonais) correspond à l’exode rural d’après-guerre, pour décrire un mouvement migratoire à sens unique, des campagnes vers les centres urbains. Il est important de noter qu’il ne s’est jamais arrêté mais il a changé de structure : ce ne sont plus les jeunes cadets, ou les femmes, qui migrent vers les centres urbains, mais l’ensemble des populations rurales, quand elles le peuvent, y compris les personnes âgées et très âgées, qui se rapprochent des centres de prise en charge et/ou de leurs enfants qui résident en ville.

Le U turn, (U ターン) est un phénomène constaté, mais limité, dans les années 1970, autant qu’un souhait des autorités nationales, d’un rééquilibrage vers les campagnes et les régions périphériques, en faisant la promotion du retour au pays natal, un U turn donc, inspiré du code de la route : le U-turn est simplement le demi-tour du code de la route, (Okada Makoto le précise noir sur blanc dans le résumé en anglais de son article de 1973). Il concerne des populations urbaines issues de l’exode rural qui avaient fait auparavant leur I turn. Cela s’est traduit, mais de façon très modérée, par un retour de certaines personnes dans leur région d’origine, mais dans les centres urbains et non dans leurs villages d’origine. Pour des raisons autant économiques qu’ethno-démographiques : s’agissant essentiellement de cadets, dans les villages la terre était aux mains des aînés. Il s’en est suivit un demi-tour incomplet, en forme de J donc.

Le I turn, tel qu’il est décrit dans cette note et dans la fiche wikipedia en japonais (sans aucune référence..), est plutôt ce que les géographes et aménageurs japonais appellent le gyaku I tân 逆I ターン, le I turn en sens contraire vers les campagnes, en référence au I turn originel de l’exode rural vers les villes, puisqu’il s’agit de populations urbaines et périurbaines, plutôt éduquée, parfois très éduquées, qui partent s’installer dans les campagnes reculées et tentent de les revivifier, pas toujours avec succès si on se fie aux exemples que nous avons croisés au Japon ces dernières années. Mais ils est quasiment invisible dans les données du recensement (cf. carte ci-après). S’agissant de la relative bonne santé de la partie sud des Ryûkyû, elle tient d’abord à des taux de natalité qui restent élevés, les plus forts du Japon, à leur industrie touristique et pour des îles comme Miyako, à la présence des bases militaires et à leur agrandissement récent.

Sources :

Berque Augustin (1982), Vivre l’espace au Japon, Paris, PUF, 222 p.

Esaki Yūji (2018) – « De l’exode rural d’après-guerre à la ruée vers Tokyo », Ebisu, n°55, 2018, pp. 15-24.

Kaneko Ryûichi et Satô Ryûzaburo (2017, dir.), Posuto jinkô tenkanki no nihon (Le Japon de l’ère post-transition démographique), Tôkyô, Harashôbo, 230 p.

Minoru Kiyotaka (2006), Daigaku tekisuto, jinbunchirigaku (Textes pour l’université, géographie humaine), Tôkyô, kokonshohin, 78 p.

Okada Makoto, (1973), « Jinkô no U tân no jizai wo meguru ronsô (Débat autour de la réalité du U-turn demographique) », Chirigaku hyôron, 46-10, 1973, pp. 656-667

Takahashi Nobuo, Okamoto Kôhei, Uchida Kazuko et Satô Tetsuo (2005), Gendai chirigakunyûmon – mijikana chiiki kara sekai made (Initiation à la géographie comtemporaine, du voisinage du Japon au reste du monde), Tôkyô, Kokonshoin, 82 p.

Yamamura, Junji (2008), Shin.nihonchiri shizenkankyô to chiikihen.yô (Nouvelle géographie du Japon, milieux naturels et mutations régionales), Tôkyô, Harashobô, 2008, 194 p.



Citer ce billet
Rémi Scoccimarro (2023, 29 avril). Publication. Japgéo. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjp0

Rémi Scoccimarro

Géographe, Maître de Conférences en langue et civilisation japonaises à l’université Toulouse Jean Jaurès - Chercheur à l'IFRAE (UMR 8043) - Chercheur associé à l'UMIFRE-19 (Maison Franco- Japonaise de Tokyo)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search