Suicide 地図で見る自殺

Depuis le milieu des années 2000, les taux de suicide au Japon ont chuté, avec un taux moyen qui atteint presque les 15 / 100 000 hab. alors qu’il était plutôt proche de 30 / 100 0000 dans les années 2003-2005. Le Japon suit en cela les évolutions mondiales dans les vieux pays industrialisés. (Cette section est appelée à évoluer avec des classements thématiques et des compléments)

Contrairement aux idées reçues, parfois véhiculées par automatisme ou ignorance, la catastrophe du 11 mars n’a pas eu d’effet aggravant sur les taux de suicide, même dans les régions frappées par la contamination nucléaire dans le département de Fukushima, où la quasi totalité des communes connaissent des taux inférieurs à ceux de 2010. Ce qui est finalement assez classique et pour lequel le Japon ne fait pas non plus exception.

Certaines publications tendent à montrer le contraire, comme celle-ci et c’est là que l’analyse spatiale prend tout son sens : sous la catégorie “communes évacuéees”, cette étude gomme les differences importantes que l’on observe au sein de ses mêmes petites communes. Très peu peuplées, (20 000 habitants au plus), les nombres de suicides y sont mécaniquement très faibles, et le passage de 1 suicide à 2 deux suicides provoque des hausses de 100% qui se répercutent fortement sur la moyenne des communes.

Par ailleurs, il est, à nos yeux, important et pertinant d’observer ces variations des taux de suicide au sein de des communes évacuées et d’en faire la cartographie. La situation du suicide varie surtout en fonction du rapport qu’entretenait ces communes avec la centrale avant et après la catastrophe. On observe une tendance assez proche de celle de la mortalité post-catastrophe : les communes les plus proches de la centrale, celles qui recevait le plus de subvention et ont le plus profité des aides de tepco depuis 1971, sont celles qui “resistent” le mieux, à l’inverse de celles, comme Iitate, plus éloignée, qui ont reçu en quelque sorte de plein fouet la catastrophe, sans n’avoir eu les retombées économiques du nuclaire avant l’accident. Ce n’est pas le seul point de variation, mais cela montre que prendre des moyennes pour des territoires très petits, des populations très réduites et des taux pour 100 000 habitants (qui representent en réalité moins de 10, voire une ou deux personnes au niveau ultra local), contribue à des conclusions baisées. Elles confortent peut-être celles et ceux qui sont “en mal de mauvais chiffres” (on en manque pas pourtant) , mais ne reflête pas la complexité locale de cette catastrophe.

Nombre de suicide par commune dans les territoires attenant à la centrale Fukushima N°1, années 2010 à 2013. © Scoccimarro 2019 Source stat. : département de Fukushima.
© Scoccimarro 2019. Source stat. : département de Fukushima.

En 2017, le département de fukushima décroche de la moyenne japonaise et les média japonais annoncent une hausse du taux de suicide à 20,2 (pour 100 000 hab.) contre 16,4 pour le Japon. Mais cette hausse n’est pas le fait des communes évacuées, certes certaines voient le taux monter comme Minami-Sôma, mais pour d’autres ils décroient fortement et il est très harsadeux de considérer cette évolution, au niveau du département, comme étant une des conséquences de la catastrophe nucléaire.

Evolution en % du taux de suicide 2016-2017 © Scoccimarro 2019.

Au niveau national, les variations par rapport à la moyenne, par commune, en 2017 montre que les communes évacuée sont plutôt inférieur à la moyenne nationale japonaise, sauf pour Minami-Sôma, et un peu pour Iwaki.

Variation (simple) par rapport au taux de suicide en moyenne nationale en 2017 et zoom sur le département de Fukushima © Scoccimarro 2019.
Mapu103_JaponSuicidesDif1209.jpg
Mapu103_JaponSuicidesCumul.jpg
Suicide2013.png
JaponSuicideEleves.png
MapuJaponSuicide.png
SuicideFeme20 30.png
MapuJaponSuicide.jpg

Rémi Scoccimarro

Géographe, Maître de Conférences en langue et civilisation japonaises à l’université Toulouse Jean Jaurès - Chercheur à l'UMIFRE-19 (Maison Franco- Japonaise de Tokyo)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search