Le séisme du 16 avril à Kumamoto

On compte au moins 47 décès directs confirmés (dont 9 le 14 avril, et 19 lors du second séisme au matin du 16), plus de 1000 blessés dont 205 dans un état grave, 200 000 personnes évacuées et 7 200 regroupées dans des refuges (Source : www.bousai.go.jp).

Il faut également ajouter au bilan de la mortalité, 11 personnes décédées indirectement (震災関連死) dans les refuges ou dans leurs voitures, garées à proximité des habitations détruites et utilisées comme abris, à défaut d’autres possibilités d’hébergement.

On compte au moins 47 décès directs confirmés (dont 9 le 14 avril, et 19 lors du second séisme au matin du 16), plus de 1000 blessés dont 205 dans un état grave, 200 000 personnes évacuées et 7 200 regroupées dans des refuges (Source : www.bousai.go.jp).

Il faut également ajouter au bilan de la mortalité, 11 personnes décédées indirectement (震災関連死) dans les refuges ou dans leurs voitures, garées à proximité des habitations détruites et utilisées comme abris, à défaut d’autres possibilités d’hébergement.

Le séisme de 2016 à Kumamoto (平成28年熊本地震) reste sans commune mesure avec celui du 11 mars 2011 (18 500 morts). Il est circonscrit au centre du département, dans les villes de Kumamoto (740 mille hab.) et de Mashiki (30 mille hab.), même si le second séisme du 16 avril a causé des dégâts dans les départements limitrophes de Fukuoka, Ôita et Kagoshima. Il frappe une région, l’île de Kyûshû, plutôt moins concernée par les séismes que le reste du Japon, donc paradoxalement plus vulnérable, avec des zones rurales au bâti vétuste, que les secousses à répétition fragilisent encore plus. Mais surtout, on peut craindre que, comme pour le séisme de Kôbé en 1995, des bâtiments aient été construits sans respecter tout à fait les normes parasismiques. On en a peut-être déjà un exemple avec ce bâtiment (alors évacué) de la mairie d’Uto, au sud de Kumamoto : seul le 4e étage s’est effondré, un signe caractéristique, relevé à Kôbe, de non respect de l’épaisseur requise au niveau des poutres d’acier. Un cas d’autant plus exemplaire que les bâtiments publics, dont les mairies, sont censés servir de refuges en cas de catastrophe et sont, normalement, plus résistants.

Cette partie du Kyûshû connaît en revanche un volcanisme très actif et, à partir de mai-juin, par des glissements de terrain réguliers, causés par les pluies abondantes.

Le séisme du 11 mars 2011 (hors tsunami et incendies) a provoqué la mort de 667 personnes, celui du Chûetsu en 2004 (magnitude 6,8), dans la région de Niigata, 68 morts.

20160416012855353-160125.png
Après un second séisme terrestre de surface (10km) et de magnitude 7,1, le samedi 16/4 à 1h27, une alerte est lancée sur les côtes de la mer d’Ariake.
Source www.jma.go.jp
20160414212836353-142126.png
Le premier séisme est localisé dans le département de Kumamoto, avec une intensité de 7 pour les premières secousses, le niveau maximal de l’échelle japonaise.
Source www.jma.go.jp
03_30_00_20160416012755.png
La prévision de la hauteur de vague est de moins de 1 m. Elle ne concerne pas les littoraux qui hébergent les deux sites nucléaires de la région, Sendai et Genkai.
Source www.jma.go.jp
Satellitenbild der Ariake-See, 2007
La Mer d’Ariake est très peu profonde et comporte de nombreuses zones basses et amphibies (higata 干潟). Le risque d’un tsunami dévastateur est plutôt faible du fait de cette topographie.

Seisme14 avril.JPG
Cartographie de l’intensité du séisme et système de failles actives.
Source www.asahi.com
volcqn.png
Les volcans actifs de l’Île de Kyûshû, dont Unzen, Aso et Sakurajima.
Source : www.jma.go.jp
seisme2.jpg
Séismes de surface (moins de 60 km) dans la région de Kyûshû répertoriés entre 1926 et 1987.
AS20160415002161_comm.jpg
Déraillement bénin du Shinkansen. Les photos et films ne montrent, pour l’instant, que l’effondrement de structures légères de moins de 2 étages pour le premier séisme.
Source www.asahi.com
NucleaireKyushu2016.png
Les deux réacteurs de la centrale de Sendai (dép. de Kagoshima), redémarrés en octobre 2015, sont situés à 120 km au sud-ouest de l’épicentre des séismes du 14 avril. Ceux de Genkai, à 117km au nord-ouest, et d’Ikata à l’ouest sont à l’arrêt (en hachuré les réacteurs en construction).

La centrale de Sendai a été construite entre 1979 et 1984, à la même époque que la centrale d’Onagawa. Cette dernière a subi de plein fouet le séisme et le tsunami du 11 mars 2011 (à 75 km de l’épicentre, hauteur d’inondation de 14,8m) et a plutôt bien résisté, avec un arrêt à froid des réacteurs. Sendai est la première centrale nucléaire du Japon à redémarrer après avoir été mise aux normes “post-Fukushima”. Le séisme de Kumamoto peut donc avoir valeur de test pour les anti-nucléaires, comme pour le gouvernement Abe qui souhaite redémarrer au plus vite les autres centrales. Ce dernier pourrait plutôt tirer son épingle du jeu, car les séismes de Kumamoto sont très circonscrits et les systèmes de failles qui entrent en jeu ne concernent pas pour le moment la région de Sendai. S’agissant des volcans qui entourent la centrale… ils sont déjà hautement actifs, en particulier le Sakurajima (voir les travaux de la géographe Marie Augendre sur la cohabitation avec le risque volcanique, dont justement le Sakurajima).

Ainsi l’impact sera surtout d’ordre psychologique et on peut se demander si la dramatisation de la situation par les anti-nucléaires (japonais ou autres) ne les dessert pas : la centrale ne subissant aucun dommage, elle sera une preuve que les réglementations post-Fukushima sont fiables… et que le reste du parc mis au norme peut redémarrer. L’enjeu est certainement moins de savoir si les séismes de Kumamoto d’avril 2016 mettent en danger ou non la centrale, mais plutôt de savoir si leur impact psychologique validera ou non le redémarrage de Sendai en tant que modèle pour la remise en service des autres centrales nucléaires japonaises.

plankyuden.jpg
Plan coupe de la centrale de Sendai après la mise aux normes post-Fukushima : réacteurs décaissés à 13 m (déjà lors de la construction), double digue à 15 m, pré-digue à 11m, brise-lames sous marin et pompe d’évacuation des eaux. (Sources : www.kyuden.co.jp et www.nsr.go.jp)

MapuJpnDemo_2016.png

Le département de Kumamoto est peuplé de 1,7 million d’habitants.

JaponRegionCS3.png

cette région s’inscrit dans le prolongement de l’axe mégapolitain du Japon de l’ouest.


Rémi Scoccimarro

Géographe, Maître de Conférences en langue et civilisation japonaises à l’université Toulouse Jean Jaurès - Chercheur à l'UMIFRE-19 (Maison Franco- Japonaise de Tokyo)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search