Géographie électorale de l’Ukraine

Une carte du score de Volodymyr Zelensky au premier tour des élections de 2019 par région (en cours). (English below)

En reprenant son score au premier tour de l’élection présidentielle de 2019, j’ai utilisé une discrétisation par seuils de jenks, qui fait apparaître plus fortement les contrastes. Et en effet, on voit assez clairement que Zelensky n’a pas réalisé ses plus hauts scores dans l’ouest, que l’on qualifie souvent trop vite d’européanisé, alors qu’il est surtout le plus rural et le moins développé. Hormis dans le Donbass, dont une partie n’a pas voté, c’est dans le cœur russophone et céréalier qu’il est le plus populaire, dans les oblasts les plus soumis aujourd’hui à l’agression russe : Dnipro, Odessa, Mykolayiv, Zapporijjia, Kherson. Mais même dans le Dombas, son score est supérieur à celui de l’Ukraine occidentale.

Contrairement aux visions poutinisées, Zelensky est loin d’être le candidat de “l’Ukraine qui regarde à l’ouest” ou d’une “élite urbaine cosmopolite” anti-russe. Il est le candidat des régions qui comptent le plus de russophones, comme lui-même, et de l’Ukraine orientale et méridionale, industrielle et céréalière. On comprend peut-être mieux pourquoi ces régions ne sont pas tombées comme des dominos face aux colonnes d’invasion russe. Et pourquoi elles résistent, loin d’avoir le sentiment de subir le pouvoir de Kiev.

Le pari de V. Poutine était basé sur un double aveuglement : une vision datée des divisions de l’Ukraine et l’ignorance que les régions qu’il allait attaquer pour démettre le pouvoir ukrainien étaient justement celles qui le soutenait le plus…

Le score du pro-russe Iouri Boïko est assez attendu et plutôt dans la logique d’un vote pro-russe dans les régions russophones, mais enfin c’est surtout dans le Donbas qu’il est remarquable.

Mais ce n’est que dans les oblasts de Donetsk et Louhansk que Boïko surpasse Zelensky de plus d’une dizaine de points. Ailleurs dans le sud-est du pays, son score reste nettement plus faible et ne correspond pas au pourcentage de russophones dans ces régions, même si on se base sur le recensement (aujourd’hui périmé) de 2001.

English fast translation

To map his score in the first round of the 2019 presidential election, I used a discretization by jenks Natural breaks, which makes the contrasts appear more strongly. And indeed, we can see quite clearly that Zelensky did not achieve his highest scores in the west, which is too often described as Europeanised, whereas it is above all the most rural and least developed of the country. Apart from the Donbas, part of which did not vote, it is in the Russian-speaking and cereal-growing heartland where Zelensky was the most popular, exactly in the oblasts which are suffering the most the Russian aggression: Dnipro, Odesa, Mykolayiv, Zapporijjia, Kherson. Even in Dombas, his score is higher than in Western Ukraine.

Contrary to the Putinised visions, Zelensky is far from being the candidate of “Ukraine looking west” or of a “cosmopolitan urban elite”. He is the candidate of the regions with the most Russian speakers, like himself, and of the eastern and southern Ukraine. It is thus easier to understand why these regions did not fall like dominoes when facing Russian invasion columns. And why they are still resisting, far from having the feeling of having been under pressure of the power of Kiev.

V. Putin’s gamble was based on double blindness: a dated vision of the divisions of Ukraine and the ignorance that the regions he was going to attack in order to remove the Ukrainian government were precisely those that supported it the most…

The score of the pro-Russian Yuri Boïko is quite expected and rather in the logic of a pro-Russian vote in the Russian-speaking regions, but it is especially remarkable in the Donbas. Only in the Donetsk and Luhansk oblasts does Boiko outperform Zelensky by more than ten points. Elsewhere in the south-east of the country, his score remains much lower and does not correspond to the percentage of Russian speakers in these regions, based on the (now outdated) 2001 census.


Rémi Scoccimarro

Géographe, Maître de Conférences en langue et civilisation japonaises à l’université Toulouse Jean Jaurès - Chercheur à l'UMIFRE-19 (Maison Franco- Japonaise de Tokyo)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search